Scandale de la viande chez Veviba : L’ULC demande une fois de plus des contrôles plus rigoureux !


Les dysfonctionnements au sein de l’abattoir Veviba à Bastogne ont déclenché un spectaculaire scandale de vente de viande écœurante et de fraude sur les étiquettes. À en croire différents communiqués de presse, la société concernée aurait mis en place un système de fraude sophistiqué. Dans ce contexte, le consommateur est en droit de se demander depuis quand cette situation durait.

En outre, l’AFSCA (Agence fédérale pour la sécurité de la chaîne alimentaire) se voit reprocher des contrôles insuffisants.

Dans des entreprises comme Veviba, il est normal que la production courante soit surveillée par un ou plusieurs inspecteurs vétérinaires internes. Dans ce contexte, on se demande toutefois comment il est possible que cette fraude au détriment du consommateur n’ait pas été découverte avant, alors que ces activités criminelles ne datent certainement pas d’il y a quelques semaines.

Afin d’éviter que le personnel concerné ne soit prisonnier de la routine, les entreprises du secteur feraient bien de le remplacer régulièrement ou d’introduire un système de rotation régulière. Il est incompréhensible que les contrôleurs ne se soient pas rendu compte de l’utilisation d’éléments à risques dans la production de viande !

Veviba aurait entre autres transformé de la viande non autorisée pour l’alimentation humaine. En outre, on aurait falsifié des étiquettes pour tromper sur la durée de congélation réelle de la viande.

L’ULC demande l’introduction de contrôles réguliers obligatoires lors de l’importation au Luxembourg de viande ou de produits de viande. La confiance, c'est bien, le contrôle, c'est mieux ! Plutôt que d’invoquer des contrôles existants, il faudrait en effectuer soi-même pour protéger les consommateurs.

De plus, l’ULC demande que la Chambre des députés adopte sans délai le projet de loi n° 6114 sur le contrôle des aliments et les sanctions éventuelles à imposer. Transparence de la production et contrôles permettront de consommer de la viande en toute sécurité. Au Luxembourg, des programmes consacrés aux viandes de marque pourraient dans ce contexte servir de modèle.

La qualité n’est pas le fruit du hasard !

Communiqué par l’ULC le 14 mars 2018